Sur courant alternatif

Les corsaires se sont inclinés 6-4 face à Neuilly lors de leur dernier match de préparation.

Battus à domicile lors de leur tournoi il y a 15 jours, les bisons de Neuilly montrent assez vite qu’ils ne sont pas venus en victimes dans une patinoire Michel Raffoux en mode "match amical". Dans une ambiance plus feutrée que d’habitude, ils prennent le jeu à leur compte. L’indiscipline des corsaires les aident bien à assoir leur domination sans partage. Pénalisés 5 fois dans le premier quart d’heure, les dunkerquois payent l’addition au tableau d’affichage par deux fois et sont menés rapidement 2-0. Ramon Sopko n’est pas vraiment inquiété. A coté de leur sujet lors de cette entame, les maritimes sortent la tête de l’eau et finissent bien mieux la première période. Un regain récompensé en power play par Lukas Zeliska qui pénètre seul dans l’enclave avant d’ajuster la mire.

Dubé omniprésent

Le tiers médian est plus équilibré. les deux équipes alternent les temps forts. Mais c’est Dunkerque qui court après le score. Zeliska égalise d’abord en supériorité en reprenant avec puissance un service de Direr. C’est ensuite Dubé qui fait mal à ses anciens coéquipiers. Buteur puis passeur, le québecquois aura été impliqué sur les 4 premiers buts de sa nouvelle équipe qui mène désormais 4-2. Le capitaine dunkerquois Clément Thomas remet le navire dans le bon sens suivi de Brendan Martial qui signe une jolie égalisation, 4-4.
Une joie de courte durée puisque ce diable de Bouchard, auteur d’un triplé, remet les visiteurs devant juste avant l’ultime pause.

Le troisième tiers est frustrant. Les dunkerquois sont entreprenants de manière alternative et sont en manque de réussite dans la finition. Ils voient finalement Neuilly faire un break décisif sur un exploit personnel. Les 10+2+2 infligées à Loïc Chabert seront l’ultime occasion manquée de recoller au score.

Il reste désormais une semaine à Antoine Richer pour régler les détails qui ont fait défaut face aux bisons et s’assurer de pouvoir jouer avec rigueur durant 60 minutes.

facebookCommentaires
Commentaires